Bonjour chers Supers,

Ca fait trois semaines que je vous parle d’une technique d’hypnose super utile et nous y voilà, passons à la pratique! Après encore quelques explications quand même.

La semaine dernière on parlait du deuil, en rapport avec les ruptures brutales de la vie (donc décès, rupture amoureuse ou professionnelle par exemple).

(Re)lire / écouter Comment accepter ce qui est
(Re)lire / écouter Les 7 étapes pour passer à autre chose

Faire son deuil, c’est en quelque sorte prendre du recul et se détacher de quelque chose qui fait souffrir ou vis à vis duquel il y a un inconfort émotionnel en tout cas, pour aller de l’avant, faire en sorte que quelque chose qui gêne l’épanouissement aujourd’hui n’empêche pas de vivre pour soi et ce qu’on a envie. On va garder l’idée de se détacher, littéralement, et à partir de là, on peut faire le deuil de beaucoup de choses.

De quoi peut-on faire le deuil?

Je vais tout de suite illustrer l’idée avec des exemples pour que ce soit plus concret, toujours à titre indicatif, car ce n’est pas moi qui ai vos solutions mais bien vous et chaque accompagnement est différent. Gardez à l’esprit qu’un deuil peut très bien se faire naturellement et que l’hypnose est là pour faciliter les choses quand on a du mal à le faire tout seul.

  • Suite à une rupture amoureuse, vous devez abandonner les rêves que vous vous étiez construit avec votre partenaire. Vous y étiez (et êtes toujours) attaché.e et ça vous fait mal que ces projets qui vous tiennent à coeur n’auront pas lieu avec cette personne. Ici, vous allez faire le deuil d’un rêve.
  • Vous voulez aller mieux, arrêter de fumer, ou que sais-je, mais vous avez l’impression de trahir une partie de vous en allant vers ça, de renier qui vous étiez, votre passé, et ça vous empêche de vous donner les moyens d’être vraiment bien, un peu comme si vous vous trainiez un boulet. Ici, vous pouvez faire le deuil de votre ancien vous, le remercier de tout ce qu’il a fait pour qu’il vous laisse faire votre chemin.
  • Toujours pour arrêter de fumer admettons, vous avez de la peine à considérer que la cigarette ne fera désormais plus partie de votre vie, c’était un peu votre copine. Ici, vous pouvez faire le deuil de la cigarette. Même chose avec n’importe quel objet de consommation auquel vous étiez attaché.
  • Votre structure familiale n’est pas celle que vous auriez souhaité et ça vous rend triste. On ne change ni les gens ni le passé (ni la météo), c’est comme ça, vous n’y pouvez pas grand chose à part changer vos perceptions. Ici, vous pouvez faire le deuil de la famille idéale.
  • Vous entrez dans le monde du travail et quittez la vie étudiante et tout ce qui va avec, c’était fun et, vous allez trouver d’autres trucs funs mais celui-là, avec ses soirées de n’importe quoi, est terminé. Ou alors vous QUITTEZ le monde du travail, vous passez à la retraite et même si c’est l’occasion d’accéder à plein de nouvelles activités, vous quittez celle-ci avec un pincement au coeur. Ici, vous allez faire le deuil d’une période de votre vie, de la vie étudiante, de la vie active professionnellement (ben oui vous pouvez rester actif tout court)

Et ainsi de suite, on peut donc faire le deuil d’une croyance, d’une peur, d’un idéal, d’une personne donc, d’une relation, d’une activité si vous devenez handicapé par exemple…

Il y a un deuil à faire dans toutes les étapes de vie, enfin toutes non, parfois on est justement content de tout laisser derrière soi, un peu comme le fameux « allez salut 2015, et ne reviens jamais merci », maintenant il y a quand même beaucoup d’étapes qu’on ne choisit pas spontanément ou qui présentent leur lot de concessions donc ici on peut s’attarder sur ce qu’on laisse, pour être en paix avec ça et aller vers ce qu’on va gagner, qui soit compensera la perte, soit permettra de la relativiser, soit sera juste complètement différent, en tout cas qui permettra de l’accepter tant que possible pour ne plus être bloqué dans le passé, vivre au présent et construire harmonieusement son futur.

Attachement – Détachement

Comme je vous le dis par-ci par-là, la notion d’attachement est très présente. C’est d’ailleurs souvent l’attachement à quelque chose qui rend la résolution d’une problématique difficile. Par attachement j’entends quelque chose qui aujourd’hui a a priori de l’importance, au moins pour votre mental, et que vous ne voulez pas lâcher, consciemment ou inconsciemment (sinon vous l’auriez déjà fait et tout serait réglé n’est-ce pas?).

Ca devient donc intéressant, d’une manière générale, d’observer tous vos attachements et de vous demander s’ils vous sont si utiles que ça. Par exemple un principe d’éducation qui vous rend rigide, observez les différents domaines où vous manquez de souplesse, qu’ils vous concernent directement ou pas.

On peut aussi faire le deuil d’un rêve par anticipation, non pas pour y renoncer mais tout simplement pour ne pas être malheureux s’il n’arrive pas parce qu’on n’est jamais sûr de rien (croyance? ^^), pour le mettre dans le champs des possibles, le champs de TOUS les possibles, et permettre aux autres belles choses de vous arriver car ce rêve-là ne prend plus toute la place, vous êtes ouvert.e et vous faites confiance à la vie. Il n’y a pas de « je serai heureux uniquement à condition que ». Par exemple, je ne sais pas si j’aurai des enfants mais je veux être heureuse dans les deux cas. Bon ici je suis déjà détachée de cette idée-là, mais vous saisissez?

En fait en pratiquant le détachement, et je n’en suis pas bien loin pour l’instant mais j’y tends donc je ne vais pas m’étaler sur le sujet aujourd’hui (si ça vous intéresse vous trouverez des ressources dans le Bouddhisme notamment), vous retrouvez une sorte de liberté, ça relâche la pression sur plein de choses, ça permet d’être plus serein.e. C’est un équilibre à trouver, surtout je pense dans les relations, mais en attendant vous pouvez toujours le pratiquer sur ce qui ne dépend que de vous et ce sera déjà pas mal.

Quoiqu’il en soit, tout commence par votre décision. Quand vous avez vraiment décidé, vous pouvez passer à la suite.

Protocole d’hypnose pour faciliter le deuil

Pour ce qui concerne les ruptures et décès, rappelez-vous de l’article précédent sur les 7 étapes du deuil ; je pense aujourd’hui que ça a du sens d’intervenir avec ce protocole d’hypnose à partir de la 5ème, la résignation, c’est à dire quand on s’ouvre à la possibilité de se relever d’un épisode difficile et qu’on décide de se reprendre en main (si vous n’êtes pas d’accord avec ça, et c’est valable pour tout, discutons-en!)

Selon la charge émotionnelle de la situation, vos capacités ou simplement vos envies, vous pouvez faire ce protocole en auto-hypnose ou avec quelqu’un pour vous guider, d’ailleurs c’est une base et selon ce qui vient, le procédé peut aussi prendre une autre tournure.

Je vous ai parlé d’attachement « littéral » : symboliquement, vous allez considérer que vous êtes attaché à quelque chose par un lien. Ce quelque chose c’est ce qui vous fait souffrir, ça peut être une personne, la cigarette, la bière de vos soirées étudiantes, la maison de vos rêves, votre ancien vous… Si vous avez du mal à avoir une image posez-vous cette question : si l’objet de votre tristesse / difficulté était une chose, ce serait quoi?

1. Créez un état d’hypnose, si vous ne savez pas comment faire, téléchargez le pack en bas de la page pour apprendre (et écrivez-moi si vous ne le recevez pas, ça arrive!). Peu importe votre « niveau », ne vous arrêtez pas à votre expérience d’hypnose pour faire ce qui suit.

2. Posez votre intention : j’ai l’intention de me détacher de, j’ai l’intention de pardonner à, j’ai l’intention de m’autoriser à, j’ai l’intention de passer à autre chose vis à vis de, j’ai l’intention de me libérer de, j’ai l’intention de me sentir bien, etc.

3. Regardez votre image (qui est donc quelqu’un ou quelque chose), regardez le lien qui vous y relie (forme, couleur, texture, taille, distance) et observez votre ressenti

4. Rendez à l’image / chose tout ce qui lui appartient, tout ce qui n’est pas à vous : critique, énergie, rêve, tout ce que vous ne voulez plus et qui a pu venir de là.

5. Reprenez de l’image / chose tout ce que vous y avez mis : une autre énergie, un autre rêve, ramenez aussi vers vous les bons souvenirs, les leçons et apprentissages. Echangez avec bienveillance tout ce qu’il vous reste à échanger.

6. Une fois ce transfert terminé, assurez-vous que la personne en face (ou ailleurs après tout), ou votre image, est positive et heureuse, faites en sorte que ce qu’il y a en face de vous soit positif.

7. Inspirez, dites au revoir et merci, expirez et coupez le lien de la manière qui vous semble la plus appropriée, et laissez la personne / chose s’éloigner. Reprenez votre partie du lien, laissez à l’autre la sienne. Je reviendrai sur le pardon mais à ce moment, vous pouvez aussi ajouter : « Je te demande pardon de t’avoir utilisé pour me faire du mal » si ça vous parle, sinon attendez l’article sur le sujet 😉

8. Prenez un moment pour ne rien faire et amorcez votre « retour » en respirant consciemment

Voilà l’idée.

Le langage de l’inconscient est la symbolique, l’imagination ; au-delà de l’image choisie, ce protocole est justement très symbolique et c’est en ça qu’il est très efficace quand il est fait au « bon moment ».

Et pour en profiter au mieux… :

Obtenez gratuitement le livret d’apprentissage de l’auto-hypnose et ses mp3 ci dessous.

Partagez cet article avec ceux que ça pourrait aider!

A très bientôt, bisous!

Recherches utilisées pour trouver cet articleautohypnose pour le pardon dans,comment faire le deuil autohypnoses