Vous m’entendez souvent dire qu’avant de changer quelque chose il faut en avoir conscience ; c’est effectivement le premier pas parce que si vous n’avez pas conscience de quelque chose vous n’allez pas pouvoir intervenir dessus.

Alors on peut ne pas avoir conscience de quelque chose pour plusieurs raisons, notamment le fait de ne pas savoir nommer ce dont il s’agit, et c’est ce qu’on va faire aujourd’hui, aujourd’hui on va mettre des mots, sur des trucs !

Introducing les métaprogrammes

Ces trucs-là ce sont en quelque sorte vos paramètres, vous avez un logiciel à l’intérieur qui est paramétré d’une certaine façon, ces paramètres c’est ce qu’on appelle les métaprogrammes. QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE TRUC.

Pour résumer ce sont vos manières de traiter l’information ; quand vous parlez avec quelqu’un vous allez recevoir ce que cette personne vous dit d’une certaine manière, vous allez comprendre par rapport à admettons, des filtres, chacun a ses filtres.

Donc à quoi ça va servir de comprendre ses métaprogrammes eh bien ça va servir à mieux se connaître soi-même et donc mieux pouvoir changer, mieux pouvoir retrouver son propre pouvoir à soi, pour pouvoir remettre du choix dans ce qu’on vit. Ca va aussi servir à mieux communiquer, parce qu’en prenant conscience de vos métaprogrammes et des métaprogrammes des autres, vous allez pouvoir adapter votre manière de parler à leur manière de comprendre. Du coup ça va vous donner un autre regard sur les gens, sur leurs comportements, sur leurs façons de parler, quiiii j’espèèèèère peut rendre plus tolérant… !

Bien évidemment on peut changer ses métaprogrammes, changer ses réglages, ce n’et pas l’objet de cet article qui est plutôt déjà d’en prendre conscience parce que vous allez voir il y a toute une liste, je ne vais vous en donner qu’une partie.

Il y en a certains que vous connaissez, vous ne les connaissez peut-être pas en tant que métaprogrammes, mais vous les utilisez déjà.

Donc je vais commencer par ceux-là qui sont plus faciles à comprendre, et puis on va aller sur les autres à la fin, qui là pour le coup vont vraiment mettre des mots sur des comportements et des attitudes.

Si je fais cet article c’est parce que ces termes là qui ne sont pas courants je suis souvent amenée à les expliquer parce que maintenant je m’en sers beaucoup dans ma vie, donc j’espère que ça vous aidera aussi à mettre quelques petits trucs au clair !

Il faut savoir que les métaprogrammes sont présentés comme un extrême et un autre, en réalité, même si on peut évidemment se retrouver dans un extrême ou un autre, en général il y a un curseur et ça varie selon les périodes de votre vie, les situations, les humeurs, vous allez être plutôt positif ou négatif par exemple, c’est le premier métaprogramme que je voulais aborder avec vous.

Egalement même si certains métaprogrammes, tels que je vais les présenter là un peu succinctement peuvent paraître un peu problématique, ils sont tous utiles, dans certaines situations en fait c’est vraiment une question de réglages.

Les principaux métaprogrammes

Positif / Négatif

Vous dire qu’il y a des cadeaux cachés dans les pires moments de votre vie, c’est une attitude positive.

Après on peut être tellement positif qu’on en oublie les pièges de la vie, on en devient naïf, et on s’appelle un bisounours.
Je pense être assez bisounours mais je n’ai pas l’impression d’être naïve pour autant, en tout cas je le vis bien et je n’ai eu aucune mauvaise surprise liée à ça pour l’instant 🙂 Question de croyances utiles sûrement !

Les gens très négatifs vont souvent se plaindre. Quelqu’un qui ne trouve pas sa place dans la vie va parler essentiellement de tout ce qu’il déteste dans ce monde de merde. Comme c’est un peu moins agréable à vivre, ça s’appelle des gens chiants.

Pourtant, il existe autant de choses belles que moches. Votre système de croyance oriente vos expériences vers ce qui lui donne raison. En d’autres termes, penser que tout est nul et tout sera nul. Ca parait simpliste dit comme ça mais c’est pourtant bien comme ça que ça marche. Tout ce sur quoi on porte son attention s’amplifie.

Global / Spécifique / Latéral

Le global parle de manière générale avec des termes plutôt vagues.

Les spécifique fait dans le détail.

Les deux dans une même conversation, c’est relou 🙂 Le spécifique ne va rien comprendre au langage bien trop flou du global, qui lui au contraire va se noyer dans les détails, et peut trouver l’échange ennuyeux et fatigant à s’exclamer « MAIS ACCOUCHE QUOI »

Le latéral lui, va n’utiliser que des synonymes, on n’est finalement pas plus avancé au début qu’à la fin… !

Global : dessin
Spécifique : gravure onirique au rotring
Latéral : croquis, schéma, esquisse, illustration, oeuvre, tableau

Associé / Dissocié

Acteur / Spectateur.

L’associé va communiquer son ressenti, son expérience a un impact émotionnel chez lui et on dit qu’il est à fond dedans.

Le dissocié ne pas pas paître très concerné par ce qu’il dit, ça n’a pas l’air de représenter grand chose. La dissociation est souvent un mécanisme de protection face à une émotion trop brutale, trop violente.

Aller vers / éviter

Qu’est-ce qui vous motive le plus pour agir ?
Ce que vous voulez gagner?
Ou ce que vous ne voulez pas perdre ?

Voulez-vous arrêter de fumer pour retrouver votre souffle dans les escalier ou pour ne pas avoir de cancer ?
Voulez-vous faire ce métier pour vous épanouir ou pour ne surtout pas ressembler à vos parents ?

Plaisir / Obligation

Êtes-vous dans le « j’ai envie », « je veux », ou dans le « il faut », « je dois » ?

Choisir / Subir

Choisir sa vie ou la subir, ce métaprogramme est assez proche du positif / négatif.

Créatif / Linéaire

Vous devez faire la cuisine. Comment vous y prenez-vous ? Freestyle ou marmiton.fr ?

Observez votre manière de prendre des notes, votre manière d’apprendre.
Est-ce que vous avez tendance à suivre une méthode ou à inventer la votre ?

Vous pouvez aussi avoir à passer par le linéaire pour devenir créatif ; faire vos gammes en musique, en cuisine, en dessin, pour composer vos propres morceaux, bien traduire sur papier l’image que vous avez en tête, faire une recette qui se mange 🙂

Référence interne / Référence externe

Ici , on parle de la manière de se faire un avis, de prendre une décision.

Avez-vous tendance à consulter les autres (ref. externe) ou à vous en foutre de leur avis et l’ignorer (ref. interne) ?
Quelqu’un en ref interne est sa propre référence.
Quelqu’un en ref externe, les autres sont sa référence.

Qu’est-ce que ça donne comme profil type :

Le méga ref interne, on ne peut pas lui dire grand chose et il ne va pas facilement se remettre en question, étant fermé aux avis extérieurs. Il ne prend donc pas les feedbacks mais est très autonome. Pas facile d’apprendre non plus, les connaissances venant de l’extérieur, mais au moins il est capable de se faire un esprit critique. Bon du coup il n’a pas beaucoup de potes, parce que discuter avec un ref interne qui a toujours raison, c’est chiant.

Le méga ref externe à l’inverse a besoin d’approbation, c’est quelqu’un d’influençable, voire carrément manipulable. Il peut s’adapter très vite car lui prend justement les éléments extérieurs. C’est super en thérapie, il prend tout et change vite, mais si vous lui dites « ah ouais t’as fait de l’hypnose mais ça marche pas ce truc » … « Ah ouais… ? » bim retour à la case départ. 🙂 Donc il apprend facilement mais est tout le temps dans le doute et a du mal à choisir. 

Alors vous ?

Est-ce que vous choisissez vos habits tout.e seul.e ou demandez-vous l’avis d’une.e ami.e ?

Comment construisiez-vous votre vie ? A votre manière ou à celle de la société ? (lien avec le créatif / linéaire aussi)

Un petit mindfuck pour s’amuser :

Il y a deux jours dans une discussion m’est venue l’idée suivante un peu tordue SUIVEZ-BIEN : il s’agit d’imbriquer les deux. D’internaliser sa ref externe au point d’en faire une ref interne. Ca m’est venu en observant l’attitude de certaines personnes vis à vis de la science.

Se référer toujours à la science, la mettre en position d’autorité (comme toutes les autres positions d’autorité) pour se faire son avis, c’est donc être en ref externe sur la science, ça va jusque là ?

Disclaimer ; je ne remets pas en cause la science (bien que :)) mais plutôt l’attitude qu’ont les gens par rapport à elle.

Donc ici on va rejeter tout ce qui n’est pas scientifique, tout ce qui n’est pas prouvé, rien d’autre n’est admis comme valide que ce que la science a validé, le reste bullshit. On ne peut rien remettre en question car c’est la science qui a dit que. C’est donc un comportement de ref interne mais… avec une référence extérieure. On a donc fait de sa ref externe, la science, sa propre ref interne.

La gravité existait déjà avant qu’on ne la découvre, pourtant, mais bon, bref, c’est une idée que j’ai eu comme ça, que je n’ai pas plus développée que ça donc dites-moi ce que vous en pensez #refexterne

Tri sur soi / Tri sur l’autre

Ici on parle de la manière dont vous recevez et traitez l’information, basiquement.

Quelqu’un qui est en tri sur lui va interpréter voire déformer ce qu’on lui dit, exemple typique ; « Je suis rentré tard ce soir » -> « Comment elle s’appelle cette connasse ? » Cette personne va camper sur ses solutions toutes faites, c’est donc difficile de communiquer avec quelqu’un en tri sur lui car il n’écoute pas, il est dans son monde à lui, sa subjectivité et n’est pas capable de se mettre à votre place, donc là aussi c’est chiant.

On n’est d’autant plus en tri sur soi qu’on est triste ou dans une situation problématique, c’est assez « normal » mais ça n’empêche pas maintenant que vous lisez ça de garder cette idée en tête la prochaine fois que ça vous arrive ! Vous vous éviterez sûrement des souffrances inutiles.

Quelqu’un en tri sur l’autre va au contraire mettre son monde de côté pour s’intéresser à celui de l’autre, se mettre à sa place, est-ce vraiment possible je ne pense pas mais il va en tout cas rechercher l’objectivité. Il ne va pas non plus tout ramener à lui. Vous lui dites un truc, il continue la conversation sur ce truc là et pas avec un « ah ouais moi…. » donc ça donne des échanges plus agréables.

Et puisque je les mets un peu partout, l’accord toltèque qui correspond à ce métaprogramme est NE FAITES PAS DE SUPPOSITIONS 😉

Qu’est-ce qu’on fait de tout ça ?

Voici donc les principaux métaprogrammes ! Vous avez aussi VOS métaprogrammes dominants.

Faites-vous votre table de mixage et vous allez pouvoir vous demander quels sont les métaprogrammes les plus intéressants pour vous dans telle situation, dans votre, vie, dans votre métier aussi par exemple.

Quels sont les métaprogrammes aussi des autres, et qu’est-ce qui fait qu’il y a certaines personnes avec qui le courant passe plus ou moins bien, parce que simplement vous avez des métaprogrammes qui s’accordent.

Une fois que vous repérez ça vous allez vous observer. Vous allez avoir un autre regard sur vous dans certaines situations encore une fois. Quand vous devez faire un choix, quand vous devez analyser quelque chose, posez-vous la question « est-ce que là je suis en train je suis en train de me faire mon opinion par rapport à mon avis, par rapport à mes ressources, ou est-ce que je suis en train de prendre les autres comme critère ? »

Dans tous ces métaprogrammes, quelle que soit la façon dont je les ai présentés là pour que ce soit plus clair, il n’y en a pas un qui est bien et un qui est mal.

Quand je dis que le tri sur soi c’est chiant dans les conversations, c’est hyper important le tri sur soi pour savoir ce qu’on ressent, et savoir ce qu’on veut. C’est hyper important dans les moments d’introspection, c’est juste une question de dosage, et de est-ce que c’est adapté à cette situation là maintenant.

Donc oui, observez-vous, et déjà le fait de remarquer, est-ce que là je suis en référence interne, ou externe, et est-ce que ça correspond vraiment à ce que je veux dans cette situation, ben vous allez pouvoir, au fur et à mesure déjà rien qu’en observant ça, vous rediriger vers ce qui vous plaît, si ce que vous aviez aujourd’hui ça ne vous plaisait pas.

Je pense que ça fait déjà pas mal de chose donc je vous laisse avec ça, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire si vous voulez des précisions, rendez-vous encore une fois sur la version écrite de la vidéo, donc sur le blog, pour pouvoir réfléchir à tout ça de manière plus posée.

Si ce que vous avez entendu dans cette vidéo met le doigt sur quelque chose que vous souhaitez voir évoluer chez vous, vous pouvez télécharger le pack auto-hypnose et ses mp3 gratuits juste en bas de la page, ça vous aidera donc à faire vos premiers pas en auto-hypnose, et puis petit à petit, en persévérant, à atteindre plus vite vos objectif (bah oui faut persévérer quand même hein)

Si vous voulez un monde meilleur partagez cet article, en faisant ça vous y participez directement, puisque prendre conscience de quelque chose est la première étape du changement ! Donc en partageant cet article vous aidez cette première étape à se réaliser 🙂

Pensez aussi à vous abonner à la page Facebook pour suivre un peu tout ce qui se passe sur cette chaîne et sur le blog, et aussi pour lire des citations un peu tous les jours sur le changement, l’hypnose etc qui j’espère changent un petit peu de d’habitude puisque je les ai sélectionnées pour ça, pour ne pas être redondante et poster les mêmes citations qu’on voit partout.

Salut à bientôt !