Vous ne les remarquez pas et pourtant elles sont bien là à vous saboter, souvent depuis des années : vos croyances limitantes! Mais qu’est-ce que c’est, et pourquoi elles freinent votre bonheur? Comment les identifier, et une fois que c’est fait, comment les transformer en croyances utiles?

Qu’est-ce qu’une croyance limitante?

Vous faites peut-être partie de ceux qui ont cru au Père Noël un jour. Comment ça s’est produit, eh bien vos parents vous l’ont dit et vous les avez cru; quand on est petit on est d’accord avec tout. Un jour vos parents (ou quelqu’un d’autre) vous ont aussi dit « t’es bon à rien », simplement pris comme « t’es nul », et puis vous les avez cru aussi… Entre temps vous avez découvert que le Père Noël c’était une connerie, mais le « t’es bon à rien », bizarrement, vous y avez cru longtemps, et peut-être même que vous y croyez encore au fond… Pour ceux qui n’ont jamais cru au Père Noël et qui n’ont jamais été traité de nul, vous avez saisi l’idée quand même n’est-ce pas?

Peut-être que croire au Père Noël un temps ne pose pas trop de problème a priori, mais à croire qu’on est nul ou qu’on dérange quelqu’un à chaque fois qu’on ouvre la bouche ça risque de n’être pas évident pour se faire des amis, par exemple. Si à l’inverse on vous répète que vous êtes le meilleur et que vous le croyez aussi, ah ben là vous allez en avoir du succès! Par contre les meilleurs n’échouent pas hein, sinon ce ne sont plus les meilleurs. Maintenant en bon perfectionniste la menace de l’échec pèse sur vous avec ses grands yeux terrifiants et vous n’entreprenez plus rien comme ça au moins vous ne râtez rien, ou alors vous vous débrouillez pour tout foutre en l’air de votre plein gré sans même plus vous en rendre compte et vous vous demandez pourquoi votre vie ne décolle jamais.

Une croyance est une idée perçue comme vraie. Parfois elle est utile, et parfois elle est limitante parce que peut-être que si on ne pensait pas un truc pareil notre vie serait plus facile. Et comme le montre ce dernier exemple, elle peut être les deux à la fois, utile dans un certain contexte, limitante dans un autre.

Les conclusions et jugements hâtifs ainsi que les généralisations souvent abusives sont d’excellents terrains pour faire pousser des croyances limitantes qui partent souvent d’un problème :

« Je crois ce que je vois : je ne suis pas intéressant, c’est pour ça que je n’ai pas d’amis. » Inversons.
« Je vois ce que je crois : je trouverai bien des gens qui sont sensibles à mes qualités, puisque j’ai des qualités comme tout le monde » Un peu plus engageant comme perspective non?

Vos croyances conditionnent votre réalité. Le mental veut toujours avoir raison, donc il va vous mettre dans des situations pour prouver qu’il a raison. Quand quelque chose est intéressant pour vous, votre mental devient plus réceptif et va aller chercher les éléments à l’extérieur qui vont lui apporter ce qu’il veut. C’est pour ça que vous vous mettez à voir des voitures rouges partout le jour où vous pensez qu’une voiture rouge serait une belle addition dans votre vie. Pas bien méchant ici, mais si vous pensez que le monde est pourri eh bien vous ne porterez votre attention que sur des situations qui le confirment. Bref, comme maintenant vous prenez vos responsabilités, plutôt que d’attendre sur un banc avec votre téléphone qu’un inconnu qui passe par là se sente d’un coup connecté à votre âme et vienne se demander si vous seriez pas intéressant par hasard, vous allez remettre votre mental en place un peu!

Comment démasquer vos croyances limitantes?

On parle on parle, mais la vie est dure hein. Pas facile de changer! Enfin peut-être que certains changent mais moi j’ai toujours été comme ça c’est ma nature, on se refait pas. Ca vient de ma mère, qui tient ça de ma grand mère, qu’est-ce que j’y peux? Et puis avec un passé pareil faut pas rêver. Quand bien même, c’est trop tard de toute façon, et dans le contexte actuel… Oui, d’accord, Jacqueline a réussit mais elle a eu de la chance avec son chemin tout tracé par ses parents.

En voici un petit paquet! Tout le monde a les siennes. Il arrive souvent qu’on les cumule, une croyance pouvant en construire une autre.

Le problème des croyances, c’est que pour vous elles sont vraies et que par définition ça ne vous viendrait pas à l’idée d’en douter, ni même de les remettre en question quand l’occasion d’en douter se présente, surtout qu’elles peuvent vous servir d’excuse pour ne pas vous bouger les fesses et on aime mieux quand c’est facile, la vie est déjà assez dure comme ça merci. En séance d’hypnose, un praticien qui sait les identifier va peut-être vous les faire remarquer si elles sont visiblement le coeur du problème pour lequel vous consultez. D’ailleurs, parfois la thérapie ne tient qu’à ça! Changement de perspective, pouf, changement de vie.

En attendant, voici comment vous pouvez en identifier un bon nombre et je peux vous dire que vous vous faites un sacré cadeau en faisant cet exercice.

  1. Carnet, stylo, deux colonnes
  2. Choisissez différents aspects de votre vie : la parentalité, l’argent, l’amour, les relations, la sexualité, le travail, la religion, le fait d’être un homme ou d’être une femme, la santé, le bonheur, votre physique…
  3. Pour chaque domaine, écrivez dans la première colonne ce qu’il y a de vrai ou de faux, de bien ou de mal, à propos de.. (l’amour, votre carrière…)
  4. Pour chaque IDÉE, demandez vous : 
  • comment je sais ça?
  • à quoi ça me sert de croire ça? Peut-être que vous allez dire « rien » et basta. Mais peut-être que croire que vous n’êtes pas intéressant ça vous empêche de vous faire des amis mais que du coup ça vous empêche aussi d’être rejeté, au moins. 
  • est-ce que j’ai toujours envie de croire ça? Qu’est-ce que je veux faire de cette croyance?

      5. Si vous décidez que cette croyance vous limite et que vous n’en voulez plus, dans la 2ème colonne, écrivez la version « je VOIS ce que je CROIS », donc a priori l’inverse. Si vous décidez de garder cette croyance, faites-le quand même juste pour voir ce que ça vous fait de considérer les choses sous un autre angle, et rechoisissez après.

Ces croyances sont peut-être à l’origine de certains problèmes mais des fois ça vaut le coup d’aller chercher plus loin. Admettons que vous n’ayez aucune croyance limitante sur l’argent mais que quand même vous vous démenez et en gagnez à peine! Vous n’avez aucune croyance limitante apparente sur l’amour mais le fait est que vous êtes célibataire depuis, pfiou… (ça vous pose problème si vous avez la croyance qu’être célibataire signifie être un raté) A tous ces différents domaines, rajoutez VOUS. Exemple : Vous ne gagnez pas d’argent, parce que vous ne trouvez pas d’emploi, parce que votre concurrent a été choisi, parce que vous pensez que vous n’êtes pas meilleur qu’un autre? Le soucis ici n’est pas l’argent mais le sentiment de votre valeur personnelle, votre estime de vous, qui a des répercussions indirectes sur vos finances. La suite de l’histoire, ça peut être de faire un travail sur votre estime, ou sur votre peur du rejet pour l’exemple que je citais plus haut.

Si vous êtes quelqu’un de particulièrement ouvert d’esprit 🙂 vous vous prêterez au jeu en faisant la même chose à propos de votre vision du monde et vous noterez vos croyances en ce qui concerne les hommes, les femmes, les arabes, les ingénieurs, les vaches, le climat, les sans-abris, les enfants, les riches, les homosexuels, les ados, la nutrition, les fourmis, les noirs, les blancs, les policiers, les personnes âgées, EXÉTÉRA.

Comment vous DÉBARRASSER de vos croyances limitantes?

Encore une fois il se peut que le simple le fait de changer de perspective vous suffise! Si ce n’est pas le cas ou si vous souhaitez en rajouter une couche, voici la deuxième étape 🙂 On peut aussi trouver une croyance rationnellement débile mais la croire quand même au fond, un peu comme les phobiques des araignées savent très bien qu’ils ne craignent rien mais que ça ne résout pas le problème!

Changez votre représentation mentale

En auto-hypnose c’est encore mieux évidemment!

1. Choisissez un truc complètement vrai, irréfutable. Du style votre prénom (parce qu’il est marqué sur votre carte d’identité et pas parce que vos parents vous l’ont dit, on sait bien ce que ça vaut 😉 (les parents disent aussi plein de choses bien)), ou alors votre pays, votre poids (après être passé sur la balance!), etc. Notre cher chat nous servira d’exemple et dira : « JE SUIS UN CHAT », et lui il l’écrit en majuscule parce qu’il est vraiment un chat, et il le dit très fort parce qu’il n’est pas un chien!!! En rouge, en épais, avec plein de points d’exclamation!!!!! JE SUIS UN CHAT!!!!!! Donc faites pareil avec votre phrase vraie, avec vos couleurs, votre ton et tout.

2. Choisissez un truc dont vous n’êtes pas vraiment sûr.. Style où vous habiterez dans 10 ans, s’il va pleuvoir demain ou si vous allez continuer à manger de la viande avec tout ce qui se dit sur le sujet… « Il va pleuvoir demain.. Mouif… » dit Chat. Chat est mou, incertain, les yeux mi-clos et cette phrase gris clair à peine intelligible est solide comme un nuage… Là encore, faites pareil avec votre phrase pas sûre.

3. Prenez votre croyance limitante dont vous ne voulez plus. Chat a la croyance suivante : c’est un boulet. Et c’est vrai après tout, il fait des gaffes, il n’a jamais rien d’intéressant à dire, vu qu’il dérange et s’excuse tout le temps pourquoi on le choisirait pour quoi que ce soit? C’est aussi vrai que Chat est un chat et il se dit donc JE SUIS UN BOULET!!!!!!! Attribuez les mêmes caractéristiques de forme à cette phrase qu’à celle très vraie du début.

4. Ecrivez l’inverse de votre croyance limitante, ça vous donne donc un truc un peu douteux voire complètement faux mais soit, du coup Chat va dire « J’ai le droit d’exister et c’est cool.. Mouif… »

5. Maintenant changez vos deux dernières phrases de FORME : intervertissez leur couleur, leur ton, leur matière etc. Chat se retrouve avec un « J’AI LE DROIT D’EXISTER PARCE QUE C’EST COOL!!!!!!!!!!!! » et « Je suis un boulet… Mouif… »

Hackez votre inconscient avec le YES SET

Pour faire court, quand votre cerveau entend au moins deux phrases vraies à la suite, il valide la troisième phrase comme vraie aussi. Alors on la joue un peu plus subtil que « La tour Eiffel est à Paris, Mitterrand est mort et tu as très envie d’aller au ciné avec moi n’est-ce pas? », mais bon c’est l’idée. Le « et » avant cette troisième phrase est important, cette liaison rend la suite logique. Bon je vous la fais mieux : « On est en train de discuter, on a froid parce que c’est l’hiver et ce serait quand même plus sympa d’être au chaud avec un café non? » Si vous obtenez un rendez-vous avec ça faites-moi un mail (sinon laissez immédiatement cette personne tranquille). Ca passe mieux parce qu’on dit des trucs qui concernent directement la personne en face. C’est un *poil* manipulateur donc on s’en sert à bon escient uniquement les amis, parce que vous êtes sur un blog de Supers ok? Car on peut tout à fait s’en servir à bon escient et c’est que qu’on va faire maintenant :

JE SUIS UN CHAT!!!!!!!
JE SUIS ORANGE!!!!!!!
ET J’AI LE DROIT D’EXISTER PARCE QUE C’EST COOL!!!!!!!!

Compris? 😉

Prenez deux croyances à transformer par semaine, c’est le premier cadeau d’une belle série qui va rapidement en découler parce qu’on peut réellement changer de vie en changeant de croyances.

Si vous avez apprécié cet article, partagez-le pour que vos proches se fassent un cadeau aussi 😉

J’hésitez pas si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir.

JE VOUS EMBRASSE FORT!!!!!!

Recherches utilisées pour trouver cet articleauto hypnose croyance limitante,comment eliminer les croyances limitantes,croyance limitantes sur largent,hypnpse changer une croyance