Et je ne parle pas de don, car mon objectif pour ce blog est de vous transmettre uniquement des capacités et attitudes qui peuvent être apprises par tous, d’où que vous veniez, que vous souhaitiez devenir joyeux en appuyant sur un bouton, ou déplacer la douleur de votre crâne dans votre ongle.

Maintenant, si on est tous nés avec le même cerveau, on n’a pas tous été éduqués de la même façon, on en a pas tous fait la même chose, et c’est ok! Ca n’empêchera personne qui le souhaite d’apprendre ces nouveaux trucs, tout sera une question d’investissement personnel.

Alors examinons de plus près ce que c’est, l’investissement personnel, et de quoi vous aurez besoin pour développer vos super-pouvoirs réels.

1. Ouvrir votre esprit

« Un esprit c’est comme un parachute : ça marche quand c’est ouvert », dit Frank Zappa. Être sceptique et critique n’empêche en rien de laisser la porte ouverte à la magie, la poésie, et l’opportunité de se laisser surprendre. Un allumé s’est bien dit un jour que l’homme volerait, et si on peut le charrier un peu avec un manque évident de Superman dans la vie, on le remercie en tout cas aujourd’hui dans un Paris-New York d’avoir laissé place à cette idée de se développer malgré les moqueries de ses copains.

2. Avoir envie

Ca, c’est votre fuel, votre raison d’apprendre. On a tous constaté la différence d’énergie, et donc souvent de résultat, qu’on met dans un projet qui nous fait des papillons dans le ventre ou qui au contraire nous ennuie comme enrouler un rouleau de pq qui vient de tomber dans l’escalier. Alors votre raison d’apprendre, ça peut être juste de la curiosité, comme un besoin (qu’est-ce que ça va vous apporter?), ou encore une valeur (qu’est-ce que ça représente pour vous tout ça?). Si la motivation baisse, on fait le point avec ces deux questions et on recharge!

3. Vous croire capable

Pas besoin de faire 20 lignes sur ce qu’Henry Ford a si bien dit en une phrase : « Que vous croyiez que vous pouvez, ou que vous croyiez que vous ne pouvez pas, dans les deux cas vous avez raison ».
Invitons tant qu’on y est Mandela à cette petite réunion : « Ca semble impossible jusqu’à ce que ce soit fait ».
Ben oui, parce que si vous vous croyez incapable et nul, vous partirez défaitiste et n’essaierez même pas (donc vous vous trouverez encore plus nul, probablement). Vous pouvez vous croire incapable et essayer quand même : si ça marche vous gagnez un point « confiance », mais si ça marche pas vous risquez d’en perdre un.
Alors que si vous vous croyez capable, non seulement vous essayez, mais en plus vous persévérez, et c’est bien justement parce qu’il va vous falloir…

4. Persévérer

Vous n’avez pas appris à marcher et à écrire en une semaine. Pourtant je pense que tout le monde sera d’accord sur le fait que ça en valait la peine. Et puis quand un bébé tombe après avoir tout donné pour faire deux pas, vous vous dites pas qu’il est nul non? Bon ben, faites vous au moins ce cadeau d’être indulgent avec vous-même si vous n’arrivez pas à tout faire du premier coup, autant que ça a été délicat de manger vos premiers petits pots proprement ET TOUT SEUL.

***

Voilà! En faisant de votre mieux pour appliquer ces 4 idées, vous vous offrez déjà de belles occasions de progresser dans ce que vous avez choisi, ce qui aura en plus un effet domino sur votre confiance en vous et vos projets à venir. C’est donc une piste de base très favorable à prendre. Mais ce n’est pas une règle d’or pour autant, parce que chacun est unique et chacun aura une manière différente de progresser dans les points ci-dessus selon son histoire. Alors, tout en gardant ce qui vous appartient si vous le souhaitez, justement je vous écoute :

De quoi avez vous le plus besoin pour avancer dans votre vie et vos projets?

Que vous ayez du mal dans un de ces « pré-requis », ou dans un autre trait de caractère non mentionné ici, vos commentaires m’aideront à mieux rédiger les prochains articles 🙂